Entre la BA 120 et la BA 702 !

Rédigé par : LTT Antonia Buroni, le 22 juin 2016

2016APAF_042_01_068

Jeudi, c’est sur la base aérienne 120 de Cazaux que nous nous sommes rendus pour débuter le weekend. Les escadrilles SPA 73 «Cigogne japonaise» et SPA 78 «Panthère noire», appartenant à l’Escadron de Transformation Opérationnel 2/8 « Nice » fêtaient leurs 100 ans. Conviés à l’événement par le commandant de base et le commandant d’escadre, nous ne pouvions manquer l’événement. En effet, depuis le 25 aout 2015, l’escadron fait à nouveau partie de la 8ème Escadre de chasse reformée le même jour sur la base de Cazaux.

 

Pour la petite histoire, l’escadrille SPA 73 Cigogne a été créée le 19 Avril 1916 sur avion Nieuport. Rattachée au groupe des Cigognes, elle remportera 30 victoires aériennes homologuées. La SPA 78 Panthère quant à elle, créée le 12 Décembre 1916 également sur Nieuport, remportera 80 victoires dont 40 seront homologuées. Son as, le Lieutenant Pinsard, se classera cinquième as de guerre avec 27 victoires à son palmarès. Dissoute en 1919, l’escadrille sera recréée en 1928 à Dijon.

 

De nos jours la base de Cazaux accueille tous les futurs pilotes de chasse des armées de l’air française et belge, qui y terminent leur formation. La diversité des environnements dans les environs de la base (mer, terre, champs de tir) permet d’entraîner au mieux tous ces jeunes. La BA 120 a vu en outre en 2015 l’arrivée d’un escadron d’entraînement provenant de la base aérienne de Dijon (en cours de dissolution).

 

De la côte atlantique vers le centre de la France

 

Vendredi notre weekend s’est poursuivi sur la base aérienne 702 d’Avord « Capitaine Georges Madon » qui est la seconde plus grande base aérienne de France après la base aérienne 125 d’Istres, où nous nous trouvions au début du mois de juin pour le deuxième meeting de l’air.

 

En 1915, la base abritait déjà une importante école d’aviation militaire où le capitaine Georges Madon décrocha son brevet de pilote militaire. Cette école était spécialisée dans le perfectionnement des pilotes militaires, après l’obtention de leur brevet élémentaire. Elle développa notamment une expertise de formation dans le délicat vol de nuit.

Durant la première Guerre Mondiale, la base aérienne d’Avord devient rapidement très actif avec l’instruction des recrues au pilotage élémentaire. À la fin du conflit, elle aura remis plus de 9 000 brevets de pilote. Elle comprendra jusqu’à 1 200 avions, 1 000 élève-pilotes et 3 000 mécaniciens.

 

Aujourd’hui, la base aérienne 702 d’Avord est une base stratégique de premier plan, comprenant notamment une école militaire, un escadron de défense sol-air, un groupement d’entretien et de réparation des matériels spécialisés, et depuis 1990 une unité de détection aéroportée équipée d’avions-radars AWACS devant assurer la surveillance de tout le territoire. Elle est aussi l’une des plus importantes bases militaires en matière de stratégies de défense nucléaire.

C’est sur cette base située en plein cœur du Berry qu’était organisé le troisième et dernier meeting de l’air de l’année. Dès notre arrivée vendredi, le ciel berrichon nous accueillait avec de violents orages. Mais dès le lendemain, la pluie a laissé place au beau temps, et sur le weekend ce sont plus de 30 000 personnes qui  ont poussé les portes de la base pour venir assister à ces belles journées aéronautiques.

 

Le plateau aérien pouvait répondre à toutes les attentes tant il était varié. Expositions statiques, simulateurs, démonstrations dynamiques, tout était réuni pour offrir au public le plus beau des spectacles. Étaient notamment présents, parmi une centaine d’autres, l’Équipe de voltige de l’armée de l’air, l’AWACS, un Tigre de l’armée de Terre et un Hawkeye de la Marine. Les visiteurs ont également pu rencontrer les pilotes du « Normandie-Niemen » sur un stand dédié, qui présentait également un Yak 3 et un Mirage F1CT à l’étoile rouge sur livrée noire. Les petits comme les grands sont repartis avec des étoiles pleins les yeux et la tête dans les nuages. Cette réussite, c’est aussi et surtout celle de tout le personnel de la base aérienne 702 qui a travaillé des semaines durant pour que tout se passe dans les meilleures conditions.

 

Au cours de ce weekend, trois de nos homologues italiens des Frecce Tricolori, présents également pour le meeting d’Avord, ont pu voler avec nous lors de notre entrainement du vendredi. Samedi et dimanche, ce fut à nous d’embarquer dans leurs Aermacchi MB-339, pour un beau moment de partage.

 

Ce weekend à Avord est venu clôturer une série de trois meetings organisés par la FOSA, et dans la lignée des deux premiers, il fut un succès grâce à une organisation irréprochable et à l’implication des tous les aviateurs qui ont travaillé pour vous offrir de très belles fêtes aéronautiques dans vos régions ! Un grand merci à eux …

 

Les 25 et 26 juin, nous irons à Florennes (Belgique), non loin de Namur, pour le « Belgian Air Force Days », où nous fêterons notamment les 70 ans de la force aérienne de l’armée belge.

 

Crédits photo : SGC Julien Mortreuil, LTT Antonia Buroni, BA 702 Avord

Remonter