Entre granit rose et bords de Somme

Rédigé par : ASP Emmanuelle JOURDAN, le 23 août 2016

2016APAF_062_01_006

C’est en direction de l’ouest de la France, de la Bretagne plus précisément, que nous nous sommes rendus ce samedi 20 août. Nous étions basés à l’aéroport de Lannion, et avons présenté notre série à Perros-Guirec (Côtes-d’Armor).

 

La ville, située sur la côte de granit rose, doit en partie son nom à Saint Guirec (VIè siècle), qui y a érigé une église. L’autre partie vient de Penros (« tête de promontoire », en breton). Au XVe siècle, de nombreuses pêcheries et sècheries s’implantent. Mais à cause notamment des guerres et de la concurrence des pêcheurs de Terre-Neuve, ce secteur décline à Perros-Guirec, à partir du XVIe siècle. Le tourisme va se développer bien plus tard, à partir de 1881 et du raccordement de Lannion (située à 11 km au sud) à la ligne de chemins de fer Paris-Brest. Le bouche-à-oreille fait son effet, et en une dizaine d’années, environ 200 villas ont été bâties.

 

Samedi 20 août, nous avons effectué la démo devant 100 000 spectateurs massés dans le quartier de Trestraou, à Perros-Guirec

 

Dimanche, nous sommes allés en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Nous avons atterri  à l’aérodrome de Prouvy, où nous nous sommes déjà rendus le 14 juillet dernier pour le meeting aérien qui s’y tenait. Ce week-end, nous y étions stationnés, dans le cadre du meeting de Saint-Quentin (Aisne).

 

La ville, fondée par les romains, était initialement nommée Augusta Viromanduorum. Elle tient son nom actuel de Quintinus, un romain qui avait pour mission d’évangéliser la région. Il fut martyrisé dans la ville, et devint un saint. Plus proche de nous, la commune fut détruite à 80% lors de la Première Guerre mondiale. Cependant, elle a su renaître de ses cendres, à travers la reconstruction à l’identique de nombreux bâtiments, usines et maisons, en plus de l’important développement du style architectural « Art déco », à partir des années 1924-1925.

Dimanche après-midi, nous avons présenté notre série dans les cieux axonais, devant 5000 personnes.

 

Lundi 22 août, nous sommes repartis en direction de nos terres provençales. Sur le chemin, nous avons effectué un passage au dessus de la carrière d’honneur de l’École Nationale d’Équitation de Saumur (Maine-et-Loire), où est basé le Cadre Noir, corps de cavaliers français de haut niveau, garants de l’équitation de tradition française. Nous avons rendu hommage à l’équipe de France de concours complet d’équitation, championne olympique à Rio, et notamment à un de ses membres, le lieutenant-colonel Thibaut Vallette, écuyer du Cadre Noir.

 

Nous serons présents samedi 27 août à Sadournin (Hautes-Pyrénées) à l’occasion de la manifestation aérienne « Les ailes de l’emploi », puis à Verdun le lendemain pour le meeting du centenaire de la bataille de Verdun.

Remonter