Entre Limousin et Bourgogne

Rédigé par : ASP Emmanuelle JOURDAN, le 13 juillet 2017

Ce week-end de meetings a été court mais dense. En effet, nous avons décollé de notre base de Salon le samedi après-midi, pour nous rendre sur le lieu de notre première démonstration.

Nous sommes partis en terre limousine, et l’aéroclub du Limousin nous a accueillis. Nous nous sommes posés alors que la foule s’était déjà rassemblée dans la zone publique.

L’aéroclub regroupe plus de 150 adhérents passionnés, et  la plupart d’entre eux ont œuvré bénévolement pour que ce samedi 8 juillet, le meeting « Rendez-vous avec le ciel » ait lieu dans de bonnes conditions. Cette manifestation aérienne a été organisée en partenariat avec l’aéroport de Limoges-Bellegarde, avec lequel l’aéroclub partage ses pistes. Il est situé à 8 kilomètres du centre-ville de Limoges.

Le nom de la ville provient de Lemovicas, mot issu de la formule Civitas Lemovicum, la « cité des Lémovices ». Il s’agit du nom du peuple gaulois qui peuplait le territoire limousin pendant l’Antiquité. Limoges est connue depuis le 18ème siècle pour la porcelaine, mais aussi pour l’émail et les vitraux. Avec plus de 134 000 habitants, Limoges est aujourd’hui la deuxième ville la plus peuplée de la région de Nouvelle-Aquitaine, juste derrière Bordeaux.

Le meeting, gratuit et ouvert au public, a accueilli 15 000 personnes. Les visiteurs ont pu voir les évolutions d’un Rafale de l’escadron de chasse 2/30 « Normandie Niemen », de la base de Mont-de-Marsan, et de l’Alphajet solo display, de la base de Tours. À cause d’un souci technique, l’équipe de voltige de l’armée de l’air n’a pas pu se produire en limousin.

 

Dimanche matin, nous sommes allés en Bourgogne, pour nous produire au Meeting de France, organisé sur le site de l’ancienne base aérienne 102 Dijon-Longvic. En arrivant sur le site, nous avons eu l’honneur de voler en compagnie de la Breitling Jet Team, une patrouille acrobatique civile volant sur L-39s Albatros, pour un vol exceptionnel.

La base aérienne 102 « Capitaine Georges Guynemer » est née il y a 103 ans. Au printemps 1914, un aérodrome militaire est mis en activité. Sous l’Occupation, ce terrain militaire devient une base allemande. Un peu plus tard, elle héberge deux groupes américains de bombardement, participant ainsi à la Libération.

En 1949, la base aérienne 102 de vient la première base aérienne de l’armée de l’air à utiliser des avions à réaction avec les De Havilland 100 Vampire, de la 2e escadre de chasse. Elle sera par la suite la première base à utiliser des Mirage 2000 C.

La plate-forme aéronautique a fermé à l’été 2014, tandis que la la base aérienne en elle-même a été dissoute le 30 juin 2016. Le site abrite actuellement une école de gendarmerie nationale.

 

 

Ce week-end, nous serons bien sûr présents pour le défilé le 14 juillet au-dessus des Champs-Élysées, et le soir même à Nice. Le samedi, nous présenterons notre démo à Port Barcarès. Et pour finir, le lendemain, nous nous produirons à Pornic.

 

Crédits photos :

COL Richard Esnon
SGC Julien Mortreuil
Mannuel Belleli
Maxence Lambert
Etienne Daumas
Laurent Casaert
Didier Mayeur
Alain Fradet
Remonter