La fin d’un périple

Rédigé par : LTT Antonia Buroni, le 3 mai 2017

Ça y est, nous arrivons sur la fin de notre aventure américaine. Après notre retour sur la côte Est des États-Unis, avec les évolutions à Langley et Stewart, nous nous sommes posés sur la base navale de Norfolk (Virginie). Par la suite, nous avons effectué une démo et deux passages pour le NATO Tattoo Festival.

Le Commandement allié Transformation de l’OTAN (NATO, en anglais), qui est chargé de chapeauter la transformation des capacités militaires des pays de l’organisation,  est installé sur la base navale de Norfolk. Il est dirigé par le général Denis Mercier, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air, qui occupe donc le poste de Supreme Allied Commander Transformation, depuis septembre 2015.

Le jour de notre arrivée, le 26 avril 2017, nous avons présenté notre démo devant plusieurs officiels civils et militaires, dont le général Mercier et le maire de Norfolk, Kenneth Cooper Alexander.

Nous avons effectué un premier passage, le 28 avril, au-dessus de Scope Plaza, dans Norfolk. Nous avons déposé le drapeau tricolore dans le ciel de la ville, alors que se déroulait la cérémonie du Flag Raising : un militaire de chacun des 28 pays de l’OTAN présentait son drapeau alors qu’une partie de l’hymne était joué. Le soir même, nous avons eu l’honneur d’assister au Virginia International Tattoo, un grand spectacle où se sont produits plusieurs ensembles musicaux militaires du monde entier, dont la Musique de l’Air.

Le lendemain, alors que la Parade des Nations, un grand défilé dans les rues de Norfolk où chaque pays de l’organisation montrait sa culture et son patrimoine se tenait, nous avons de nouveau survolé la ville.

 

Le 30 avril a été notre dernier jour de présence aux États-Unis. Nous sommes en effet partis ce jour-là chez les voisins canadiens, pour le meeting aérien « Aero150 » de Gatineau.

Ce meeting célébrait deux grands événements de l’histoire du pays.

Tout d’abord, le Canada fête cette année ses 150 ans. Le pays est né le 1er juillet 1867, avec les 4 provinces du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, grâce à la Confédération canadienne.

Un autre événement était également mis à l’honneur pour ce meeting, il s’agit des 100 ans de la bataille de la crête de Vimy. Cette bataille s’est déroulée lors de la Grande Guerre, dans cette commune française située entre Lens et Arras, et a été gagnée par les Alliés. En avril 1917, après quatre jours de combats, les Canadiens ont réussi à prendre la crête de Vimy, mais au prix de plus de 10 600 soldats blessés et tués. Cette bataille est très importante pour le Canada, car pour la première fois depuis le début de la Première Guerre mondiale, les quatre divisions du Corps canadien ont combattu côte à côte.

La météo n’était pas avec nous en ce 30 avril, pour le meeting, avec un ciel très nuageux et beaucoup de pluie. Nous avons donc présenté notre démo mauvais temps. Nous avons quand même eu la chance de rencontrer nos homologues canadiens, les Snowbirds, qui sont la patrouille acrobatique des Forces armées canadiennes. Nous avons pu admirer les évolutions de leurs 9 avions, des CT-114 Tutor, avion d’entraînement et d’attaque au sol, conçu par Canadair.

Le 1er mai, la démo que nous devions effectuer à Montréal a été annulée, le ciel étant trop bas pour que nous puissions évoluer en toute sécurité.

Lors de notre transit du 2 mai, nous avons pu tout de même voler en compagnie des Snowbirds, sur certaines parties du trajet. À leurs côtés, nous avons survolé le Parlement à Ottawa, mais aussi Montréal. Ces passages étaient riches en symboles des liens forts qui unissent le Canada et la France.

 

Nous entamons le convoyage retour, avec des étapes prévues dans le nord du Canada, au Groenland, en Islande et en Écosse. L’atterrissage sur notre base de Salon-de-Provence est prévu en fin de semaine.

 

Crédits photo : SIRPA/EPAA/Armée de l’air

 

Remonter