FOCUS SUR L’AVIATION MILITAIRE

Rédigé par : CNE Yannick QUICHAUD & CNE Olivier BLANC-TAILLEUR, le 20 juin 2014

Une cérémonie militaire, présidée par le général Antoine Creux, major-général de l’armée de l’air, également ancien pilote de Mirage F1, sur la Base Aérienne 118 de Mont-de-Marsan, a marquée le retrait de l’avion de chasse Mirage F1 dans l’Armée de l’Air, et la célébration des 100 ans de la première mission de reconnaissance le vendredi 13 juin.

Entré en service il y a plus de 40 ans dans l’Armée de l’Air

Le Mirage F1 a ainsi parcouru la moitié de l’existence de notre institution. Plusieurs générations de pilotes de chasse ont volé sur cet avion dans ses différentes versions. Le retrait de ce vieux combattant est l’occasion de mettre en avant la modernisation de la flotte des avions de combat, avec transfert de la mission sur Rafale/RecoNG et drones.

Les pilotes et mécaniciens de la Patrouille de France issus du Mirage F1, ainsi que de nombreux aviateurs se sont réunis afin de célébrer son retrait définitif du service et de saluer une dernière fois cet avion emblématique.

Issu du Mirage F2 (1966) qui revenait à la formule classique de l’aile en flèche avec empennages, le Mirage F1 fut un avion de défense et de supériorité aérienne monoplace. Le retour à cette formule a été permis par les progrès technologiques permettant de fabriquer une voilure ultramince et robuste offrant une finesse en supersonique équivalente à celle de l’aile delta. Le fuselage est en structure intégrale étanche, pour loger le maximum de carburant Entré en service dans l’armée de l’air française en 1973, le Mirage F1 a été vendu à plus de 700 exemplaires dans 11 pays.

Pour l’occasion, l’ensemble des ambassadeurs de l’Armée de l’Air étaient présents. La Patrouille de France a effectué une démonstration « beau-temps » devant le Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air et près de 4000 personnes invitées.

Cette journée fut également l’occasion de commémorer les 100 ans de la première mission de reconnaissance menée lors de la Grande Guerre. En effet, c’est en septembre 1914 que le premier vol de reconnaissance, emmené par Louis Bréguet depuis le Bourget, permet l’organisation de la bataille de la Marne.

Nous avons une pensée toute particulière pour le dernier escadron de chasse équipé de Mirage F1 : le 2/33 « Savoie » dont l’action a été décisive dans les premières heures de l’opération Serval au Mali.

« De l’opération Manta à Serval au Mali, de l’Afghanistan à l’ex-Yougoslavie : l’escadron 2/33 « Savoie » s’est distingué sur tous les fronts », a déclaré le major-général Creux.
Nous n’oublions pas le régiment de chasse 2/30 « Normandie-Niemen » qui fut équipé de chasseurs Mirage F1CT descendant du fameux Régiment de Chasse « Normandie-Niemen » créé en 1942.

Passage à Hyères

Le dimanche 15 juin, la Patrouille de France a rejoint la Base d’Aéronautique Navale de Hyères lors de la journée porte ouverte à l’occasion des 90 ans de la base.
Au programme de la journée : un plateau aérien consacré à la marine nationale avec des présentations aérienne d’Hélicoptères, d’avions de patrouille maritime et du groupe aérien embarqué du porte-avions Charles de Gaulle.

La Patrouille de France a effectué une démonstration « intermédiaire » dans le ciel Hyérois devant près de 10000 personnes.

La présence de la Patrouille de France à cet évènement témoigne du lien fraternel qui unit la Marine Nationale à l’Armée de l’Air et nous espérons que cette journée aura suscité des vocations.

Nous remercions le colonel Emmanuel Vialle, commandant de la Base Aérienne 118 de Mont-de-Marsan ainsi que le capitaine de vaisseau Olivier Dufit, commandant de la Base d’Aéronautique Navale de Hyères pour leurs accueils respectifs.

 

Remonter