Les artisans de la PAIX !

Rédigé par : CNE Yannick QUICHAUD & CNE Olivier BLANC-TAILLEUR, le 8 octobre 2014

Les vestiges des champs de bataille témoignent du sacrifice de tous ces soldats tombés pour sauvegarder notre liberté : les combats n’ont pas été vains et ils ont même poussés les hommes à se doter de nouveaux vecteurs pour se protéger. La Patrouille de France a ainsi participé aux célébrations du centenaire de la Grande Guerre, de l’exil du gouvernement belge en France, de la disparition d’aviateurs, et de la création de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire organisées le week-end dernier.

50 ans des Forces Aériennes Stratégiques à Istres

La base aérienne 125 d’Istres vient de célébrée les 50 ans de la première prise d’alerte de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire. Mission permanente, la dissuasion est l’une des fonctions stratégiques de l’armée de l’air.

La création du commandement des forces aériennes stratégiques (FAS) est officialisée par un décret du 14 janvier 1964. Le 8 octobre 1964, la première prise d’alerte nucléaire est réalisée depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan par l’intermédiaire du un Mirage IV A armé d’une bombe au plutonium. La composante aéroportée de l’armée de l’air fut la première des composantes de la dissuasion nucléaire française. Entre 1971 et 1996, l’armée de l’air a également assuré la mise en œuvre d’une composante sol-sol, la deuxième de la dissuasion avant la création de la force océanique stratégique (FOST) en 1972.

Les FAS assurent toujours la posture permanente de la composante aéroportée de la dissuasion, outil flexible et réactif au service du chef de l’État, fondamental et structurant pour l’armée de l’air. Assujettie à un contrat opérationnel fixé par le président de la République, cette mission, ininterrompue depuis près de 50 ans, est la plus ancienne de l’armée de l’air. Elle positionne le commandement des FAS comme la première composante permettant à la France de garantir en toutes circonstances sa liberté d’appréciation, de décision et d’action dans le cadre de ses responsabilités internationales. Elle contribue par son existence à la sécurité de l’Alliance Atlantique ainsi qu’à celle de l’Europe.

Ce cinquantenaire a été marqué par une cérémonie militaire, présidée par le Général d’armée Pierre de Villiers, Chef d’Etat Major des Armées, en présence du Général de corps aérien Denis MERCIER, Chef d’Etat Major de l’Armée de l’air, et un passage de la Patrouille de France, le 03 octobre à Istres.

Centenaire de l’exil du gouvernement belge à Sainte-Adresse

Après Istres, direction Sainte Adresse, ville située dans l’agglomération du Havre, dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie que le peintre Claude Monet  immortalisa dans quelques toiles mondialement connues.

Pendant la Première Guerre mondiale, alors que la Belgique est presque entièrement occupée par les Allemands, Sainte-Adresse fut déclarée capitale administrative du royaume, cédée à bail au gouvernement belge pour la durée des hostilités.

Sous le regard de Sa Majesté Philippe 1er , Roi des Belges,  et de Kader Arif, Secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, nous avons réalisé notre série de type « Intermédiaire » en luttant contre le vent d’ouest qui nous rapprochait des falaises et du public.

Nous nous sommes ainsi associés, au côtés du F-16 belge, aux célébrations du centenaire de l’exil du gouvernement belge à Sainte-Adresse, lesquelles participaient au renforcement des liens d’amitiés qui unissent nos deux pays.

10ème rencontres aéronautiques et spatiales de Gimont

Avant de quitter le Grand ouest, nous avons effectué un passage à Etretat en hommage aux as de l’aviation française de la Première Guerre mondiale. Charles Nungesser et François Coli sont disparus lors d’une tentative de traversée aérienne de l’océan Atlantique Nord sans escale entre Paris et New York à bord de L’ « Oiseau blanc ».

Et avant de se poser sur l’aéroport de  Toulouse Blagnac, nous avons défilé au-dessus de la ville de Langon en vue de soutenir le challenge « Ruban Rose », une course visant à promouvoir le dépistage du cancer.

Notre présence dans le sud-ouest était programmée afin d’assurer une présentation à l’occasion du meeting aérien organisé à Gimont, ville située dans le département du Gers.

Cette manifestation aérienne s’inscrivait dans le cadre des 10ème rencontres aéronautiques et spatiales parrainées par le premier cosmonaute français Jean-Loup Chrétien et également parrain de la Patrouille de France. Nous avons réalisé une série « beau temps » dans le ciel gimontois, au-dessus d’un axe en pleine campagne,  devant près de 3 000 personnes.

Nous remercions Hubert Dejean de la Bâtie, Maire de Sainte-Adresse, ainsi que Pierre Duffaut, maire de Gimont, pour la qualité de leur accueil et  l’intérêt porté à l’égard de notre formation.

Remonter