Le « pistard », ange gardien du pilote

Rédigé par : ASP Emmanuelle JOURDAN, le 23 février 2018

Qui dit Patrouille de France dit 8 alphajets dans les airs mais également 8 mécaniciens de piste au sol, sans oublier le remplaçant.

Nos pilotes et nos avions sont exposés à la vue de tous, mais ceux qui s’en occupent sont beaucoup moins mis en lumière. Pour chaque avion qui part en vol, un mécanicien de piste (surnommé « pistard ») s’occupe de plusieurs tâches nécessaires à la préparation, la maintenance et le reconditionnement de l’appareil.

Il assure la mise en œuvre de l’aéronef et assiste le pilote lors de son brêlage (le fait de s’attacher au siège éjectable de l’avion et aux systèmes de survie en cas d’éjection).

De plus, à la PAF, le pilote s’installe dans l’alphajet sans faire de tour avion (ce qui n’est pas le cas pour les autres unités de l’armée de l’air), et en laisse la responsabilité à son mécanicien. Ce dernier aide ensuite le pilote à parquer (garer) son avion lors de  son retour, vérifie que l’avion n’a pas subi de problème technique pendant le vol, et dans le cas contraire, le dépanne dans les plus brefs délais.

On comprend dès lors que la confiance est le maître mot de la relation entre le pilote et son « mécano ».  Le premier met sa vie entre les mains du second. Pour que ce lien existe et perdure, ces deux militaires doivent se connaître par cœur. C’est pourquoi le pilote aura toujours le même mécanicien pendant la saison d’entraînement, et pendant toute la saison de meetings qui suivra.

 

À la Patrouille de France, la tradition veut que ce soit le mécanicien de piste qui choisisse le pilote qu’il suivra pendant toute l’année. Il s’agit d’une coutume unique dans l’armée de l’air.

C’est cette tradition marquée par une cérémonie à huis clos qui a eu lieu récemment : par ordre d’ancienneté, les 9 pistards 2018, nommés au préalable par le chef des services techniques, se sont avancés chacun vers le pilote qu’ils ont choisi. À partir de cet instant, les binômes qui sillonneront la France entière pendant plusieurs mois sont alors constitués.

 

Les autres mécaniciens de la Patrouille de France font soit partie de l’équipe du dépannage, soit du bureau technique ou de l’assurance qualité.  Ils  s’occupent, dans les règles de la navigabilité, des réparations nécessitant une immobilisation ou des moyens importants, ainsi que les opérations d’entretien programmées.

 

Comme on dit dans le monde aéronautique, l’avion appartient au mécanicien qui le prête au pilote, et ce n’est pas une légende…

 

Crédit photo : EPAA/armée de l’air

Remonter